Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Queer suis-je?

Queer suis-je?

pro-feminist/animal-friendly/anti-fascist/queer-positive


Horizontalement contrariée. Verticalement insatisfaite.

Publié par Bonnie Braun sur 12 Août 2016, 18:14pm

Horizontalement contrariée. Verticalement insatisfaite.

C’est l’été et il faut bien l’avouer cette saison est propice aux rencontres et aux rapprochements des corps.

Moi l’été j’ai du temps libre donc j’ai envie de rencontrer des filles et pas pour tailler le bout de gras (j’ai jamais compris cette expression mais je la trouve drôle).

Bref les gouines (enfin les filles en général) et le sexe il y aurait de quoi écrire un livre en 5 tomes mais je vous épargnerai ça parce que je n'ai pas que ça à foutre non plus même si je suis en vacances.

Si je me suis décidée à écrire ce billet c’est qu’il y a quelques temps je me suis inscrite sur Tinder. Tinder c’est la seule appli de rencontres en géolocalisation qui soit simple, rapide et surtout gratuite, et qui peut aussi servir pour les gouines.

Mais très vite je me suis rendue compte que c’était (encore) un fiasco.

Pourquoi les genTEs (toutes sexualités confondues) sont-iels sur Tinder ?

Pour pécho. On va pas se mentir. Bah en fait, apparemment, pour les nanas pas forcément, enfin, c’est ce qu’elles essaient de nous faire croire...

Le moyen de géolocalisation de Tinder permet avant tout de rencontrer des personnes proches de chez toi pour une rencontre physique rapide. Et là on arrive sur une hypocrisie sans nom. Les filles que j’ai rencontrées sur ce genre de site parlent. Beaucoup. Trop. Souvent pour ne rien dire (bon moi aussi ça m’arrive de parler pour ne rien dire hein calmons nous) mais c’est long, souvent inintéressant, bardé de banalités affligeantes, pour finalement n’arriver à… rien. Pas de rencontre. Jamais.

Et là je me dis pourquoi ??? (outre le fait que ce soit ma gueule qui ne leurs reviennent pas) Pourquoi ne s’en tiennent-t-elles pas à des sites de rencontres lambadas??? (oui je dis ça), où tu peux nouer des relations épistolaires sans fin (et je ne suis pas contre cela non plus), mais Tinder ce n’est pas le lieu enfin !!!

Si je prends l’équivalent de Tinder pour les pédés, c’est Grinder .

Sur Grinder c’est clair et net, pas d’hypocrisie ou tromperie sur la marchandise. On se géolocalise, on se rencontre et on baise. C’est cash, mais au moins on sait pourquoi on y est. Mais pour nous les gouines, pas de Grinder.

Et là plusieurs constats.

Effectivement peut-être que ça ne marcherait pas. Peut-être que ce n’est pas adapté aux gouines. Certes, elles ne fonctionnent pas comme les pédés, ce sont des filles avant tout qui n’ont pas le même rapport à la sexualité et bla bla bla. Certes, si tu veux.

Mais si l’on maintient toujours les filles dans cette idée que le sexe ne peut pas juste être consommé et ne doit pas être instinctif et spontané alors rien ne changera. Si l’on continue à leur faire croire que ce genre de sexualité n’est réservé qu’aux mecs alors oui elles continueront à parler pendant des semaines entières de "peur de" et sans écouter leurs désirs profonds même si ces derniers sont bien enfouis derrière des tabous très ancrés.

OUI, le sexe reste encore trop tabou chez les filles, malgré mai 68, la libération sexuelle, la contraception, les soutiens gorges brulés et Brigitte Lahaie, les filles ne baisent pas (encore et c’est bien dommage) comme les mecs.

Le sexe « ce n’est pas sale » (Le Doc le disait déjà dans les années 90), mais il y a toujours cette peur, cette culpabilisation judéo-chrétienne d’être la fameuse « fille facile », la « mauvaise fille sans moralité » ou la salope de service, toutes sexualités confondues.

Mais alors c’est quoi exactement une « fille facile » ? Une fille qui connaît son corps et ses désirs et qui n’a pas peur d’y répondre ?

Ok alors je suis une fille facile et j’aime les filles faciles et il faudrait qu’il y ait beaucoup plus de filles faciles. Voilà.

Une expression très commune symbolise très bien le fait que de dissocier amour et sexe ne se fait toujours pas : « Faire l’amour » .

Je pense écrire à à l’Académie Française pour ôter définitivement cette expression du dictionnaire (d’ailleurs je t’invite à taper « faire l’amour » dans Google , c’est très drôle… ou affligeant à toi de juger).

En quoi avoir un rapport sexuel aurait un lien avec l’amour qui serait si évident ?

Le mythe du/de la prince-sse charmant-e a aussi contaminé les gouines et même s’il est vrai que certaines d’entre elles ont su dépasser cela, et, par le biais de leurs sexualités, réévaluer les conditions des femmes et leurs rapports humains, amoureux et sexuels, beaucoup d’entre elles, qui sont encore dans un schéma « hétéronormé », sont dans la représentation facile de ce que peut être une fille (facile). Même si l’on retrouve plus facilement la « salope » chez les hétéras qui adorent se qualifier et se juger ainsi entre elles (confrontées à leur rapport au supposé Mâle dominant), les lesbiennes n’échappent malheureusement pas à ce genre de normativité.

L’autre exemple du rapport interdit des filles avec la sexualité est la MASTURBATION.

Alors là, autant dire qu’on touche (le jeu de mot TAVU) au tabou ultime.

Les filles ne se branlent pas (oui je dis branler aussi pour les filles parce que ce n’est pas un privilège masculin). Heureusement depuis quelques années, le tabou se lève un peu, mais c’est encore très compliqué d’en parler.

Si les gars font des concours de branlettes dans les vestiaires et sont des adeptes du jeu de la biscotte depuis l’adolescence, (si tu ne connais pas ce jeu je te réinvite à taper sur notre ami Google car je ne peux décemment pas t’expliquer ça), autant te dire qu’une fille qui s’effleure le clito accidentellement le soir sous ses draps, n’ira pas le crier à toutes ses copines le lendemain.

Moi tu t’en doutes, je n’ai aucun soucis avec ça. Mais je vois tout de même autour de moi beaucoup de filles qui ont du mal à en parler voire certaines même qui sont carrément dégoutées par ça (je vous passerais le sempiternel « j’ai pas besoin de ça, ni de sextoy j’ai un mec merci »… … … Ah ouais quand même).

Les hétéras qui m’ont dit ça, pour la plupart ne connaissent pas du tout leurs corps, et encore moins leurs chattes, donc autant te dire que si leurs partenaires arrivent à les faire jouir se sont de véritables magiciens où créateurs de miracles.

Même si la jouissance n’est pas une obligation absolue dans un rapport sexuel (à 2 ou à plusieurs), pour moi la jouissance reste un acte solitaire avant tout.

Dans un couple on vit seul mais accompagné.e , et dans un acte sexuel on jouit seul mais accompagné.e. Le sexe et le rapport à la sexualité, sont un apprentissage quotidien qui se fait seul.e ou accompagné.e, mais qui n'est ni inné ni immuable.

Alors les filles parlons, mais s’il vous plait lâchez vous !

Baisez, tripotez-vous, observez-vous, branlez-vous, connaissez-vous, aimez-vous, et surtout écoutez vous.

Du Sex et du Love. (et pas forcèment en même temps)

B.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents