Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Queer suis-je?

Queer suis-je?

Billets d'amour, d'humeur et d'humour d'une dure à queer

Publié le par Bonnie Braun
It’s a match !

« Vous avez un nouveau message BAL »

Comme toute bonne gouine qui se respecte (ou pas forcément), depuis de nombreuses années, je traîne ma carcasse sur des sites de rencontre, même si je l’avoue aujourd’hui, ce n’est plus vraiment pour les mêmes raisons qu’il y a 10 ans (bah oui, on vieillit toussa)

Habitant en province (NYort pour celleux qui n’auraient pas suivi), autant te dire que ces sites étaient nécessaires, voire indispensables quand j’étais plus jeune, me voyant déjà dépérir et mourir seule avec mes chattes (et il n’y a aucun jeu de mot scabreux là dedans).

Tout à commencé par les t'chat (les plus anciennes d’entre vous s’en souviendront et remarqueront que je n'ai pas dit « vieilles »)

Moi, j’étais inscrite sur Voilà et la t'chat room : Entre filles. Tout un programme.

Bon autant te dire que là, il y avait à boire et à manger. Entrée, plat, dessert et indigestion.

Entre bellebrunedu33 et goudou79, les conversations étaient souvent très limitées et stoppées dès que tu arrivais sur MSN Messenger ou MySpace (oui souviens toi) et que tu voyais la trogne de la nana (honte sur moi j’avoue).

Après 2 ou 3 rencontres désastreuses, dont une qui ne sait toujours pas que je l’ai rencontrée, car oui je suis partie avant qu’elle ne me voit (quoi??!!! tu l’as jamais fait peut-être ??? GENRE! Avoue que tu as eu au moins envie de le faire...),

Bref, j’ai vite stoppé.

Le problème quand tu habites dans une petite ville de province, c’est que sur les sites de rencontre, tu as peu de chance de tomber sur LA (ou LES) fille.s de tes rêves à moins de 50 km à la ronde.

Oui pour être claire, dans ma ville, à tout péter, il doit y avoir 10 gouines dans ma tranche d’âge inscrites sur des sites (même si j’avoue que ma tranche d’âge est trèèèèès large, surtout vers le bas...), je les connais toutes pour la plupart (au moins de vue) ou elles ne sont clairement pas ce que je recherche (et vis-versa) (ou tout à la fois).

Donc quand t'as compris ça, bah il faut élargir le champ des possibles et s’exporter.

Moi, je me suis exportée dans la France entière. J'ai fait les beaux jours de la SNCF et de l'ancêtre de Blablacar pendant des années.

En 2004 j’ai découvert Gayvox où j’ai crée mon premier compte (oui le premier parce que j’en suis partie, puis revenue, me suis désinscrite, réinscrite bref la vie sur Gayvox quoi).

A l’époque c’était une valeur sûre (quand il était encore gratuit.)

Toutes les filles y étaient inscrites, et j’y ai appris toutes les bases de communication des sites de rencontres.

Photos prises dans l’obscurité, en noir et blanc, en plongée, contre plongée, selfies duck face, selfies salle de bain, ou pas de photo du tout.

(Oui n’oublie pas qu’à l’époque il n’y avait pas les miraculeux filtres Instagram qui te donnent un teint radieux, du coup il fallait trouver des subterfuges)

« Kikoo sa va ? cc mdr ptdr lol » autant de langages que j’ai appris à décoder, sans oublier le « tu ch koi ici ? » ou « sa te di 1 plan a 3 ? »…

Je me suis alors très vite rendue compte que si el écri kom sa c kel est tro jeune pr toi et m’évitais ainsi toute déconvenue (et un saignement oculaire par la même occasion.)

Un univers s’ouvrait à moi. Les hétéras curieuses qui te parlaient pendant des jours et des jours, te chauffaient sans vergogne à base de sextos et photos d’elles à poils sous tous les angles, mais que finalement tu ne rencontrais jamais ; les amoureuses compulsives qui t’envoyaient des messages en pleine nuit à base de « je pense à toi tu me manques » au bout de 2 jours de discussion, les crypto-gouines qui avaient tout de la gouine mais « non en fait je cherche un plan avec mon mec » ; les blablateuses ; les "je suis belle et je le sais" ; les 1er degré ; les « dans le placard » ; les psychopétées, les faux profils (qui sont en fait des ex qui te harcèlent), … Bref un univers merveilleux !

Pour autant, j’y ai rencontré des filles (beaucoup de filles) avec qui j’ai eu des relations longues ou moins longues et surtout des amies, donc même si je n’y traine plus, Gayvox c’était une sacrée époque.

Alors au delà de Gayvox, il y a d’autres sites que tu connais toi gouine de province et d’ailleurs (car oui la parisienne est très présente aussi sur les sites de rencontres).

Gaypax avec son graphisme minimaliste datant de la fin du 20ème siècle, Tinder le zapping du cul, OKcupid (mon préféré) pour les bobos-féministos-intellos, Facebook (c’est un site de rencontre?? mais oui! Naïve que tu es!)

Alors non, les sites de rencontres, c’est pas la panacée, on va pas se mentir, mais c’est bien utile. Pour les bébés gouines pas outées, les timides, les perdues dans le trou du cul du monde, ou quand tu te fais chier un dimanche aprèm de retour de cuite.

J’avoue j’y traîne plus trop, bah oui je vieillis, je fais du bricolage le dimanche (non je déconne je suis toujours sur OKC, mais pour le bricolage, c'est vrai), et puis tout devient payant, c’était mieux avant ma bonne dame, tout part à vau - l’eau.

Mais continuons à nous liker, nous matcher, nous flasher, nous détester, nous déchirer, nous baiser par écrans interposés, partageons, expérimentons, continuons à nous rencontrer en vrai ou virtuellement. Et surtout aimons nous BORDEL.

B.B

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog