Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Queer suis-je?

Queer suis-je?

Billets d'amour, d'humeur et d'humour d'une dure à queer

Publié le par Bonnie Braun
"A deux c'est mieux", ou pourquoi j'ai décidé de ne pas être en couple.

Ami.es lectrice.eur.s attention, cet article est un mini coup de gueule.

Je ne sais pas si beaucoup d’entre vous vont se retrouver dans mon témoignage, parce que j’ai l’impression d’être un cas assez rare chez les gouines (quoique peut-être de moins en moins).

À l’heure où la plupart de mes ami.e.s (qu’iels soient hétéro.a.s - pédés - gouines ou trans) sont en couple ou font des enfants, moi je suis une GIPI (une Gouine Instable Perturbée et Invivable)

À 35 ans pour être accomplie en tant que « femme », il faudrait donc que je sois en couple (bon avec un mec ce serait mieux, mais on va tout de même accepter que tu sois avec une nana), être mère ou y penser sérieusement (oui même si tu es gouine, tu es une femme avant tout…il est où ton instinct maternel ???), et je dois avoir des rapports sexuels réguliers avec ma partenaire uniquement (et avec des orgasmes presque systématiques c’est mieux).

Oui, JE DOIS.

Le couple (et tout ce qui s’y rattache) serait alors un but à atteindre en terme d’accomplissement personnel. Bon bah merde, là j’ai clairement raté ma vie.

Aujourd’hui, moi, je veux avoir le droit de ne pas être en couple et SURTOUT de ne PAS AVOIR ENVIE d’être en couple, et qu’on arrête de penser que pour cette raison, je suis bizarre, perturbée, instable ou pas fiable. Je me revendique des amours Queers et j’essaie juste de penser mes relations autrement.

Je rejette l’aliénation du couple traditionnel et tout ce qui en découle : la cohabitation forcée, l’idéalisation de l’autre, la déception constante, l’exclusivité des chattes et des cœurs des autres.

Je ne veux plus devoir suivre le modèle monogame et hétéro/homonormé qui m’est imposé.

Je veux juste être heureuse de profiter de la vie, du sexe et des émotions avec des personnes différentes que j’aurais choisies.

Je ne suis ni « une tombeuse », ni « trop difficile ». Mon souhait de non appartenance et d’ouverture sur les autres, ne veut pas dire non plus que je suis une « chaudière » qui veut juste une relation libre pour pouvoir aller baiser ailleurs. Je m’enrichis aussi d’amours virtuelles, impossibles ou platoniques et le sexe n’est pas une fin en soi pour moi.

Alors quand j’explique cela souvent on me dit : « L’être humain n’est pas fait pour être seul »

Euh alors déjà, c’est scientifique ça ??? Mais surtout pourquoi ne pas être en « couple » signifierait forcément être seule ????

« Toi t’as beaucoup souffert par le passé pour en arriver là » et « tu dois avoir des choses à régler avec ta mère »

Alors oui j’ai morflé dans mes relations amoureuses passées, mais sûrement comme beaucoup de personnes arrivées à 35 ans, et oui j’ai sûrement des trucs à régler avec ma mère mais en fait, qui n’en a pas ???

Et le plus entendu: « Tu n’as pas rencontré la bonne ! ».

Alors siiiiii !!!! J’en ai rencontrée des tas de « bonnes », mais accepte juste que ton schéma n’est pas et ne sera certainement JAMAIS le mien. Et ce n’est pas grave. Tout ces propos viennent souvent de mes proches (et de ma mère…on y revient …« Ah tu vois ! Ta mère ! Je te l’avais dit !!! »). Et du coup quand je leur dis que je n’ai pas d’espoir d’éternité, ni de but à atteindre j’entends le : « c’est triste ». Et bien non. Je ne me sens pas triste. Bien au contraire.

Mes relations sont dynamiques, vivantes et en mouvement permanent. Et ce n’est pas pour cela que je suis dépourvue de sentiments ou qu’ils sont moins forts.

Moi je les trouve au contraire plus authentiques, parce qu’ils ne sont pas soumis à des tabous, des non-dits, des interdictions ou des normes rigides. Je ne cherche pas l’amour éternel et je n’en souffre pas, je prends les histoires comme elles viennent, et de fait, je ne m’empêche pas de rencontrer, flirter, fantasmer, et même tomber amoureuse.

Je n’ai pas besoin de structures traditionnelles pour me sentir épanouie. J’essaie juste d’en penser de nouvelles, plus ouvertes et plus souples.

Alors d’aucun.es diront que je suis utopiste ou que je suis (du verbe suivre) une mode.

Quand bien même? Si je n’ai qu’un but a atteindre alors pourquoi ne serait-il pas de tendre vers ces nouvelles formes de relation?

Je n’impose en rien mon mode de vie ou ma façon de penser, alors juste, s’il te plait, n’essaie pas de m’imposer la tienne parce qu’elle serait la norme, ou TA norme. Je l’ai essayée, elle ne me convient pas.

B.

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog